Bien manger pour mieux travailler

Posted by under Alimentation

Aujourd’hui nous rencontrons S. Martinez, jeune chef d’une entreprise de traduction qui, du haut de ses deux ans fait déjà figure d’exemple et de réussite dans cette industrie compétitive. On ne compte plus les agences de traduction qui font faillite au bout de quelques mois, faute de clients. En effet, les prix très concurrentiels proposés par l’ensemble des agences sur le marché, dans le but d’attirer les clients, ne sont pas suffisants pour fidéliser une clientèle. La plupart des personnes qui ont recours à ce genre de services accordent une importance toute particulière à la qualité de la production pour laquelle ils paient. D’autant plus que bien souvent, cette traduction revêt pour eux une importance notable : qu’il s’agisse de traduire un contrat, une pièce d’identité ou un document officiel, nul droit à l’erreur pour le traducteur, car celle-ci peut avoir de très graves conséquences.

Le problème c’est que dans bien des agences, le traducteur justement ne sait   plus où donner de la tête : pour être payé correctement, il doit traduire le plus vite possible et malheureusement, il est   probable qu’il finisse par privilégier la quantité à la qualité. Martinez a bien compris que cette méthode n’était pas viable et dans son agence, le fonctionnement est bien différent. Tout d’abord ils ne sont que 11 employés. Ensuite les tarifs établis sont fixes et non négociables. Ils ont été pensés avec les premiers clients et les traducteurs eux-mêmes ainsi que chacun y trouve son compte. Pas question de brader les prix. Traduire est un service difficile et minutieux qui doit être rémunéré comme tel. C’est pour cette même raison que les traducteurs touchent un salaire fixe qui ne dépend pas du nombre de traductions qu’ils proposent, afin de ne pas leur imposer une pression qui risque de nuire à leur travail. En contrepartie, ceux-ci se doivent de produire un travail d’une irréprochable qualité et dans le respect des horaires. Et il faut croire que cela fonctionne, l’entreprise croule sous les demandes et réalise des chiffres d’affaire impressionnants. Pour S. Martinez, l’employé doit être respecté et doit prendre plaisir à travailler. C’est là le seul secret. Il est primordial que l’atmosphère de travail soit plaisante. C’est dans cette logique que le chef d’entreprise a instauré les « lundis bon appétit ». Chaque lundi en effet, tous les employés partagent ensemble un délicieux repas commandé sur Room Saveurs, traiteur spécialisé dans la livraison de plats sains et équilibrés. Une manière de bien commencer la semaine et de dédramatiser un peu le blues du lundi !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *